Alain Accardo, chronique de juin 2014

« tous les rapports sociaux sans exception tendent à se laisser absorber dans l’économie de marché où ils se sont progressivement emmaillotés comme des chrysalides dans leur cocon. Il n’y a rien, absolument plus rien, pas même ce qui jusqu’ici n’avait « pas de prix », qui ne puisse se négocier sur un marché qui en fixe désormais la valeur d’échange. »

« Le vrai triomphe du néo-libéralisme, c’est d’avoir engendré un converti en chacun des « citoyens » de nos républiques, y compris à l’intérieur de ceux qui manifestent pour « défendre le pouvoir d’achat » ou « l’emploi », ou « l’environnement », puis qui vont en troupes partisanes voter pour des bonimenteurs n’ayant rien d’autre à vendre qu’un fallacieux rêve de croissance à l’infini. »

http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=3660

Publicités

Regards sur la décroissance

Vidéo

Regards sur la décroissance
Court reportage donnant un aperçu de la philosophie et des propositions du Mouvement politique des objecteurs de croissance (mpOC). Il montre qu’à côté de l’élaboration d’un projet politique original, le mpOC porte avec d’autres des initiatives diverses qui visent à contrer, au moins en partie, l’aliénation voulue par le système consumériste et productiviste.
«Regards sur la décroissance» présente quelques actions tout en intégrant plusieurs réflexions de (par ordre d’apparition) :
Michèle Gilkinet, Marie-Eve Tries, Noëlle Dauby, Olivier Fourmont, Jean Pierre Wilmotte, Jean-Christophe Godart, Bernard Legros, André Sterckx et François Lapy.

Réalisation et musique : Pit Godefroid

fight club; une philosophie

 

Je vois ici les hommes les plus forts et les plus intelligents que j’ai jamais vu; je vois tout ce potentiel; et je le vois gâché. Je vois une génération entière qui travaille à des pompes à essence, qui fait le service dans des restos, ou qui est esclave d’un petit chef dans un bureau. La pub nous fait courir après des voitures ou des fringues, on fait des boulots qu’on déteste pour se payer des merdes qui ne servent à rien. On est les enfants oubliés de l’Histoire mes amis, on n’a pas de but ni de vraies places, on n’a pas de Grande Guerre pas de Grande Dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression: c’est nos vies. La télévision nous a appris à croire qu’un jour on serait tous millionnaires, des dieux du cinéma ou des rockstars, mais c’est faux et nous apprenons lentement cette vérité: on en a vraiment, vraiment plein le cul… (Fight Club, Tyler)

imagine… turquie

Vidéo

https://www.facebook.com/photo.php?v=136385406560522

Imagine all the people
Hayal et bütün insanların

living for today…
bu gün için yaşadığını…

Imagine theres no countries
Hiç ülke olmadığını hayal et

It isnt hard to do
Bunu yapmak zor değil

Nothing to kill or die for
Öldürecek ve uğruna ölecek bir şey yok

No religion too
Ve din de yok

Imagine all the people
Hayal et bütün insanların

living for today…
bu gün için yaşadığını…

Imagine theres no countries
Hiç ülke olmadığını hayal et

It isnt hard to do
Bunu yapmak zor değil

Nothing to kill or die for
Öldürecek ve uğruna ölecek bir şey yok

No religion too
Ve din de yok

 

le changement

« Oui, on commence à voir l’horizon. Et même très clairement.

Jamais on ne l’avait vu aussi distinctement.

La grande machine du néo-libéralisme se fissure de tous côtés, la brute craque; elle va bien finir par crever sous le poids de son orgueil dément. »

http://blogs.mediapart.fr/blog/miha/230213/les-bouleversements-qui-viennent

les petits groupes vont être le départ de grands changements, c’est toujours comme cela que ça démarre, alors courage !

les consciences  se réveillent un peu partout dans le monde, parlons autour de nous, semons les graines d’éveil..l’ancien système va s’écrouler de lui même

simplicité volontaire et décroissance, voila nos moyens de résistance.

Sortons de ce système qui nous étouffe !!!

cropped-419715_356218074407454_218389384856991_1314498_1574005474_n.jpg

 

 

Pierre Rabhi

Des songes heureux pour ensemencer les siècles…
Sachez que la Création ne nous appartient pas, mais que nous sommes ses enfants.
Gardez-vous de toute arrogance car les arbres et toutes les créatures sont également enfants de la Création.
Vivez avec légèreté sans jamais outrager l’eau, le souffle ou la lumière.
Et si vous prélevez de la vie pour votre vie, ayez de la gratitude.
Lorsque vous immolez un animal, sachez que c’est la vie qui se donne à la vie et que rien ne soit dilapidé de ce don.
Sachez établir la mesure de toute chose.
Ne faites point de bruit inutile, ne tuez pas sans nécessité ou par divertissement.
Sachez que les arbres et le vent se délectent de la mélodie qu’ensemble ils enfantent, et l’oiseau, porté par le souffle, est un messager du ciel autant que la terre.
Soyez très éveillés lorsque le soleil illumine vos sentiers et lorsque la nuit vous rassemble, ayez confiance en elle, car si vous n’avez ni haine ni ennemi, elle vous conduira sans dommage, sur ses pirogues de silence, jusqu’aux rives de l’aurore.
Que le temps et l’âge ne vous accablent pas, car ils vous préparent à d’autres naissances, et dans vos jours amoindris, si votre vie fut juste, il naîtra de nouveaux songes heureux, pour ensemencer les siècles.

Pierre Rabhi, Extrait du Recours à la Terre, Terre du ciel, 1995

Krishnamurti

« Ceci est notre terre, non la vôtre, la mienne ou la sienne. Nous sommes là pour y vivre en nous aidant les uns les autres et non en nous détruisant. Ce n’est pas là une idée romantique, mais la réalité présente. Pourtant l’homme a divisé la terre, espérant trouver, individuellement, le bonheur, la sécurité, un sentiment de réconfort immuable. Tant qu’il n’y aura pas de changement radical qui nous fasse effacer toutes les nationalités, les idéologies et les divisions religieuses pour établir une relation globale – d’abord psychologique et intérieure, puis organisée à l’extérieur nous continuerons à faire la guerre. Si vous faites du mal aux autres, si vous les tuez, que ce soit par acte de colère ou par le meurtre organisé qui s’appelle la guerre, vous, qui êtes l’humanité, et non un homme séparé se battant contre le reste de l’humanité, vous vous détruisez vous-même.

C’est là le vrai problème, le problème de base que nous devons comprendre et résoudre. Tant que nous ne nous sommes pas engagés et consacrés à effacer cette division nationale, économique et religieuse, nous perpétuons la guerre et sommes responsables de toutes les guerres, qu’elles soient nucléaires ou classiques. »

xf6bbf_krishnamurti-se-liberer-du-conditio_webcam