notre vision fragmentée

Pierre Rabhi:

L’obstacle le plus important est notre vision fragmentée. Quand je vois notre planète photographiée depuis l’espace, je ne vois rien qui soit opposé : le pôle nord n’est pas contre le pôle sud, aucun continent n’est opposé à un autre. La terre est une globalité indivisible. Les éléments sont interdépendants et indissociables, les fragmenter est préjudiciable à l’ordre global et par voie de conséquence à la dynamique de la vie.
Quand j’examine une mappemonde et que je regarde comment les hommes ont transposé cette unité, je vois un puzzle, avec des « nations », des « états », des « pays » et chaque être humain se planque derrière ces frontières avec la peur de perdre cette « sécurité ».
C’est en quelque sorte l’aspect le plus négatif du tribalisme mis à jour du monde actuel. Cette peur donne un alibi à beaucoup de choses moralement répréhensibles. Pourquoi fabrique-t-on des armes ? C’est pour se sentir en sécurité avec la fameuse Défense Nationale comme alibi rendu légitime ! Alors que si on avait travaillé à l’unité, on n’aurait pas besoin de ce type de sécurité et de cette dévotion tragique au meurtre et à la destruction.
Si on éduquait les enfants, non pas à la compétition mais à la puissance de la complémentarité, le monde serait apaisé et les sommes colossales dédiées au crime et à la destruction serviraient à honorer la vie. Car toutes ces choses entretiennent ce système dualiste, générateur de toutes les horreurs possibles et de toutes celles que l’espèce humaine est capable d’imaginer encore. Par ailleurs, on peut marier une petite pygmée avec un grand nordique : ils feront des enfants ! _ C’est dire l’unité absolue du genre humain ! Alors pourquoi cette aberration de l’homme contre l’humain ? Il me semble que pour un véritable changement de paradigme, une vision plus réaliste et claire est absolument prioritaire. Sans cela, nous sommes condamnés à justifier indéfiniment l’injustifiable.
Sans jugement des personnes, il y a des gens qui sont sur le front de la générosité, de la fameuse indignation qui retentit de plus en plus, au risque de nouvelles violences et qui « pourrissent » la vie de ceux qui vivent à leurs côtés. Il faut être clair. A quoi sert-il d’aller lutter contre l’injustice dans le monde si je ne suis pas conscient que je l’inflige à ma compagne, à mon compagnon, à ma belle-mère etc.. ?
On parle souvent de prise de conscience : cela me rappelle l’électricité, comme s ‘il y avait un flux de conscience auquel il suffirait de se brancher ! Il s’agit en réalité d’élévation de conscience. Cela nécessite un effort, comme pour gravir une montagne, le paysage s’agrandit et augmente l’intelligibilité du réel. En tout cela, il ne faut évidemment pas perdre courage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s