satprem

« On n’est pas dans une crise morale, on n’est pas dans une crise politique, financière, religieuse… On est dans une crise évolutive. On est en train de mourir à l’humanité pour naître à autre chose… »

ce qui est en toi quand tu as tout enlevé

Share

les poissons rouges du japon

« alerte radio-active

quand nous avons soif nous jetons de cacahuètes aux singes et des corn flakes de ciment aux abeilles

….nous renversons des toboggans dans les barbelés…

…Le silence du miel nous fait hurler devant des ruchers comme des croques-mort…

…Nous regardons monter la bourse dans les nuages…

alerte radio-active

…nous avons rétabli la peine de mort sans avoir voté

World Révolution

le monde est en train de changer les gens se rassemblent. ils se parlent, ils s’installent dans la rue.des agoras se mettent en place. La réelle démocratie est en marche !.. j’ai rencontre des hommes, des femmes, je me suis assise avec eux dans le cercle des assemblées populaires, j’ai rejoins leur campement d’indignés sur la place. ils ont enlevé leurs étiquettes, ils se sont désencombrés de leurs conditionnements, enlevé les multiples peaux des anciennes façons de penser, pour s’écouter vraiment, avec attention et amour. les indignés se rassemblent, ils sont beaux ils sont forts ils sont nombreux.

                                                                                   rEVOLution !!!

 

notre vision fragmentée

Pierre Rabhi:

L’obstacle le plus important est notre vision fragmentée. Quand je vois notre planète photographiée depuis l’espace, je ne vois rien qui soit opposé : le pôle nord n’est pas contre le pôle sud, aucun continent n’est opposé à un autre. La terre est une globalité indivisible. Les éléments sont interdépendants et indissociables, les fragmenter est préjudiciable à l’ordre global et par voie de conséquence à la dynamique de la vie.
Quand j’examine une mappemonde et que je regarde comment les hommes ont transposé cette unité, je vois un puzzle, avec des « nations », des « états », des « pays » et chaque être humain se planque derrière ces frontières avec la peur de perdre cette « sécurité ».
C’est en quelque sorte l’aspect le plus négatif du tribalisme mis à jour du monde actuel. Cette peur donne un alibi à beaucoup de choses moralement répréhensibles. Pourquoi fabrique-t-on des armes ? C’est pour se sentir en sécurité avec la fameuse Défense Nationale comme alibi rendu légitime ! Alors que si on avait travaillé à l’unité, on n’aurait pas besoin de ce type de sécurité et de cette dévotion tragique au meurtre et à la destruction.
Si on éduquait les enfants, non pas à la compétition mais à la puissance de la complémentarité, le monde serait apaisé et les sommes colossales dédiées au crime et à la destruction serviraient à honorer la vie. Car toutes ces choses entretiennent ce système dualiste, générateur de toutes les horreurs possibles et de toutes celles que l’espèce humaine est capable d’imaginer encore. Par ailleurs, on peut marier une petite pygmée avec un grand nordique : ils feront des enfants ! _ C’est dire l’unité absolue du genre humain ! Alors pourquoi cette aberration de l’homme contre l’humain ? Il me semble que pour un véritable changement de paradigme, une vision plus réaliste et claire est absolument prioritaire. Sans cela, nous sommes condamnés à justifier indéfiniment l’injustifiable.
Sans jugement des personnes, il y a des gens qui sont sur le front de la générosité, de la fameuse indignation qui retentit de plus en plus, au risque de nouvelles violences et qui « pourrissent » la vie de ceux qui vivent à leurs côtés. Il faut être clair. A quoi sert-il d’aller lutter contre l’injustice dans le monde si je ne suis pas conscient que je l’inflige à ma compagne, à mon compagnon, à ma belle-mère etc.. ?
On parle souvent de prise de conscience : cela me rappelle l’électricité, comme s ‘il y avait un flux de conscience auquel il suffirait de se brancher ! Il s’agit en réalité d’élévation de conscience. Cela nécessite un effort, comme pour gravir une montagne, le paysage s’agrandit et augmente l’intelligibilité du réel. En tout cela, il ne faut évidemment pas perdre courage.

les indignés: Belgique

Parce que nous refusons de payer leurs crises,

Parce que nous voulons rompre avec la logique de profit,

Parce que nous refusons un système qui ne fait que creuser les inégalités,

« Parce que nous voulons un avenir dans lequel chacun et chacune à le droit à une vie digne,

Nous occupons l’espace public depuis le vendredi 27 mai 2011

Cette occupation n’est pas une fin en soi mais un outil de rassemblement, d’éducation populaire, de débat, de construction d’alternatives. Il s’agit d’un lieu qui permet d’organiser la lutte et de porter une réalisation collective. Celles et ceux qui viennent ici, sont là sans appartenance particulière, sans qualité propre qui les distingueraient des autres, sans titre spécifique qui leur donnerait du pouvoir sur d’autres, ne représentant aucun parti, ni aucune organisation, seulement leurs propres voix, et se retrouvant dans un désir commun de transformation radical. »

suite ici sur le blog des indignés liegois:  Prend la place! Liège